Cléone, Clap sur Avid l’artiste de l’ombre

Endless dance Copyright © Avid

David Fréchou est  l’auteur de l’affiche, Cléone , la pièce de théatre d’Isabelle Ménal dont la première s’est jouée, hier, au Théatre du Ménilmontant, à Paris. L’artiste antillais de 31 ans, est connu sur la scène graphique française sous le pseudonyme, Avid. Sa passion pour son métier de graphiste remonte à sa plus tendre enfance avec les films d’animation comme Dragon Ball  Z (diffusé sur France 2 à travers le programme télé, le Club Dorothée) dont il s’inspire pour créer des dessins qu’il associe à l’univers des comic. Fan de Spiderman, X-men, Spawn et autres mangas, il perfectionne son style en suivant des études d’arts plastiques, tantôt aux Antilles et tantôt en France, puis s’offre par la suite une formation de webdesigner. En participant aux battles graphiques (confrontation de graphistes via ordinateur), Avid remporte des prix dont celui du concours international Ten by Fotolia et gagne en notoriété. Son travail a fait l’objet d’une publication dans le magazine France Advanced Creation et a suscité l’intérêt du Salon de la photo et des sites dédiés à la culture graphique. Afrique sur scène a voulu en savoir plus sur cet artiste de l’ombre et c’est en toute simplicité qu’Avid a accepté de répondre à nos questions.

Vous êtes à l’origine de l’affiche de la pièce de théatre. Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler avec l’équipe de Cléone ?

Concrètement, c’est l’invitation et la confiance faites par Mathieu Party (Responsable communication de la pièce) qui ont d’abord primé, puis la rencontre avec Isabelle, l’auteure de la pièce, et un des comédien Nicolas Mouen. Isabelle m’a parlé de la pièce avec coeur et beaucoup d’envie,  et comme tout bon créatif, les idées ont fusé.

Pouvez-vous nous expliquer brièvement le travail qui vous a été confié ?

Donner vie à Cléone. Dans un premier temps, j’ai été à l’écoute puis j’ai du synthétiser toutes les envies et informations pour retranscrire visuellement ce qu’était Cléone. Au delà du côté visuel, une mécanique s’est installée. Comment en parler ? Comment faire vivre le personnage ?  Et surtout comment présenter cette pièce sans trop en dire pour laisser la surprise et inciter les gens à venir la voir.

Comment avez-vous préparé vos travaux de recherche artistique ?

Pour les recherches, il y a eu d’abord des mots à définir autour d’un bon repas et un très bon gâteau (merci Isabelle) partagé avec l’équipe de Cleone. Cela a permis ensuite d’avoir une ligne directrice sur le rendu et ce que l’on voulait exprimer autour de ce rendu final. Je dis « final » car nous avons fait plusieurs affiches qui exprimaient toutes à leur manière le personnage de Cléone.

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans votre travail ?

Ce que j’aime dans mon métier, c’est le renouveau. Se challenger à chaque fois, s’adapter et trouver de nouvelles idées. Nous sommes nombreux dans le métier et si sortir du lot est difficile, il est encore plus difficile de garder l’étiquette du bon graphiste. L’arrivée de nouveaux venus dans le milieu est lourd à porter, du coup je me considère comme étant un éternel novice désireux, avide d’apprendre. Ce qui me stimule aussi c’est le contact, l’échange, la communication.

Parmi toutes vos oeuvres quelle est celle qui vous touche le plus ? Pourquoi ?

Je pense que les séries sur les concours Ten by Folia sont en fait mes préférées dans le sens où pendant un mois et sur chacun des dix thème je me suis toujours donné à fond pour avoir une idée propre et un rendu de qualité maximale.
Ce moment où je crée, où je perds la notion du temps est juste quelque chose de merveilleux surtout quand le rendu final me dépasse.

Quels sont les graphistes que vous admirez ou qui vous inspirent ? Pourquoi ?

Mes graphistes préférés? Wow !  Il y en a beaucoup. Sur la France Babou Don Mena, Brice Chapelet, Céline Lippmann, Ibrahim Amiot, Estelle Chomienne, Jean Raphaël Belajew… et bien d’autres encore. Je dirais que toutes ces personnes représentent mes inspirations passées car ce sont elles qui m’ont motivées à me lancer dans le graphisme. Elles représentent, encore, mes inspirations du moment car elles sont toujours d’actualités et font toujours partie de l’élite. Elles continueront à être une source d’inspiration future car leur style va perdurer.

Avez-vous un projet particulier sur lequel vous travaillez ou envisagez de travailler ?

J’ai plusieurs début de projets de collections que je fais mûrir pour avoir, un jour, l’opportunité d’exposer.

L’oeuvre ci-dessous est notre coup de coeur. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Darkness and Light, a été créé pour un concours international et a été l’oeuvre gagnante. Ce qui me plait dans ce visuel, c’est le coté dansé de cette dualité. On peut parler de jeux d’ombre et de lumière. Tout se passe sur une plate forme qui serait notre terre ou plutôt comme une boite à musique. Avec des symboles très nobles que sont le paon et le cygne, ou encore les roses, j’ai voulu rester léger mais en mouvement grâce aux différents plans que la créa suggère. Nous ne sommes pas sur une totale obscurité, nous sommes dans le domaine du rêve par l’aspect bleuté de la composition.

Vous pouvez découvrir le travail d’Avid sur sa page Facebook

Darkness and light copyright © Avid
Darkness and light copyright © Avid

David Fréchou is the artist who has designed the poster of Cléone, the theatre play written by Isabelle Ménal and whose première took place yesterday at Ménilmontant Theater in Paris. The 31-year-old West Indian man, is known on the French graphic design scene under the pseudonym Avid. His passion as a graphic designer dates back to his early childhood with animated movies such as Dragon Ball Z (broadcasted on the French Channel  through a famous TV programme for children : le Club Dorothée) from which he takes inspiration to create drawings with additional elements borrowed from the comic world. As a fan of Spiderman, X-men, Spawn and other mangas, he develops his skills studying plastics arts, both in the West Indies and France, and then he undertakes webdesign. Avid has participated to many graphic battles (confrontation of graphic designers via internet) including the international competition, Ten by folia, for which he has been awarded and gained recognition. His work has been published on the French Advanced Creation Magazine and has drawn the attention of the Paris Photo Show and websites dedicated to graphic culture. Afrique sur scène has wanted to know more about this artist who is working in the shadow and it is with all simplicity that Avid has accepted to answers our questions.

You have designed the poster of the theatre play. What motivates or inspires you to work with « Cléone »‘s team ?

In concrete terms, it is the invitation and the confidence Mathieu Party (Cleone’s communication Manager) shown in me that prevailed above all. After I was introduced to Isabelle Ménal together with one of the actors, Nicolas Mouen, we had a discussion altogether. Isabelle talked about the play from her heart and much desire and as a good creative person, many ideas have issued forth.

Would you explain us the work that has been asked you to produce ?

Giving birth to Cleone. As a first step, I have to understand the concerns and tastes, synthetize the whole before materializing visually Cléone’s character. Apart from the visual aspect, unexpected thoughts hit me. How are we going to speak about this? How are we going to bring the character to life ? And overall, how are we going to introduce the play without saying too much so that to maintain the suspense and make people come to see it ?

How did you handle your work of artistic research ?

Words were defined around a good meal and a good cake (thanks Isabelle) shared with Cléone’s team. That allowed us to draw a guideline on the final render and to show the things we wished to convey around that final render. I say « final » because we created several posters that all described Cleone’s character in a certain way.

 What do you  find particularly exciting about your job ?

What I find exciting about my work is the renewal. Challenging, adapting oneself to new situations, finding new ideas each time. There are many graphic designers on the market and if standing out fom the mass is difficult, it is even harder to maintain a good level. The arrival of newcomers into the market is not that easy to handle so I consider myself as an eternal novice wishing to learn. What stimulates me is getting in touch, exchanging and communicating.

Among your work, which one is your favourite ? Why ?

I think the series I made for Ten by Fotolia competitions are my favourite ones. Actually, I worked hard for one month, trying to get my own ideas and focusing on a high quality render for each of the ten themes. That moment when I design and lose all sense of time is something wonderful, over all, when the final render goes far beyond my expectations.

Which graphic designers do you admire or take inspiration from ? why ?

My favourite graphic designers ? Wow ! There are so many…Just in France, Babou Don Mena, Brice Chapelet, Céline Lippmann, Ibrahim Amiot, Estelle Chomienne, Jean Raphaël Belajew…and many others. All that persons represent my past inspirations. They are those who motivated me to enter the business. They are still representing my current inspirations as they are the best on the market and they will always be my source of future inspirations as their style is perpetuating.

Are you currently working on a particular project ?

I have started several collection projects that I am currently working on and I wish I would have the opportunity to have them featured one day.

Your below picture is our crush. Can you highlight us about it ?

« Darkness and Light » was created for an international competition and was the winning artwork. What is interesting in this visual is the dancing aspect of this duality. We can talk about a play of lights and shadows. The scene takes place in a platform that could be the earth or a music box. With noble symbols such as the peacock, the swam or the roses, I wanted to be as light as I can focusing on the movement thanks to the different plans the creation can suggest. The image is not a total darkness as the blue aspect of the composition refers to a dream world.

You can discover Avid‘s artwork on his Facebook page

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s