AKAA 2017 : Focus on Congolese artist Freddy Tsimba from Angalia gallery

The Contemporary African Art Fair that was held in Paris from 10 to 12 November ended on a rather positive note. For this edition 2017, AKAA recorded a stable attendance compared to last year (15 000 visitors) but has now a new audience of amateurs that have supplemented an existing audience of collectors.

Last week, all those wonderful people rushed to boothes so that to discover the artists’ work. It was hard not to be caught in the impressive artwork of Congolese artist Freddy Tsimba, suggested by Angalia gallery. The entirely recycled and welded-spooned sculpture represents a character, face to the wall, hands up and pants down. This is the kind of artwork I like, the one that both imposes and tells a story.

Entitled « Closed Center, open dreams », that sculpture followed a painful experience Freddy Tsimba had when he was in Belgium for a short stay. Actually, the misinterpretation of his visa by the authorities led the artist  to an administrative retention center until all suspicion was ruled out. « I spent ten days of difficult time because I didn’t expect that. I didn’t want that. I was cold, it was hard, all of that (…)  And from that experience arose this artwork. I said to myself – this center is closed but I still have my dreams open. Hence the artwork’s title ».

On the basis of his experience, Freddy Tsimba decides to create more pieces, in the same vein. His series, which is in working progress, aims at emphasizing the humiliations and violence people are facing daily in Congo or elsewhere and invites each one of us to open our eyes to the injustices endured throughout the world, whatever those who refuse to confront the uncomfortable truth that comes from that disturbing collection. « Sometimes when people come, they don’t have a look on it. They walk by without stopping. Ah ! It touches them ! They want to see pleasant things. I don’t want that. I am doing a work that tells things », he says.

DSC04677
Freddy Tsimba                        Scissors woman n°33 – 2017

In the meantime, he hopes that his artworks will be exhibited at home, in Kinshasa and in any part of the world before they end at the Berlin wall, a symbolic and ideal place « to show that everybody must overcome all those injustices ».

Publicités

AKAA 2017 : Clap sur l’artiste congolais Freddy Tsimba de la galerie Angalia

La Foire d’Art contemporain qui s’est tenue à Paris du 10 au 12 novembre, s’est clôturée sur une note plutôt positive. Pour cette édition 2017,  AKAA enregistre une fréquentation stable par rapport à l’an dernier (15 000 visiteurs) mais compte, désormais, un nouveau public d’amateurs en plus d’un public de collectionneurs déjà existants.

La semaine dernière, tout ce beau monde s’est rué dans les stands pour découvrir le travail des artistes. Difficile de rester indifférent devant l’oeuvre impressionnante du congolais Freddy Tsimba proposée par la galerie Angalia. Entièrement réalisée en cuillères recyclées et soudées, la sculpture  représente un personnage, face au mur, mains en l’air et culotte baissée. Une oeuvre comme j’aime, qui impose et interpelle à la fois.

Intitulée Centre fermé, rêves ouverts, cette sculpture fait suite à une expérience douloureuse vécue en Belgique par Freddy Tsimba. En effet, un visa mal interprété par les autorités  a conduit l’artiste en centre de rétention administrative, le temps de lever le doute sur ses papiers. « J’ai passé dix jours de dure épreuve parce que je ne m’attendais pas à ça. J’avais pas envie de ça. Il faisait froid, c’était dur, tout ça (…) Et de cette expérience est née cette oeuvre. Je me suis dit ce centre est fermé, mais moi mes rêves sont ouverts, d’où le titre de l’oeuvre ». 

Fort  de cette expérience, Freddy Tsimba décide de créer davantage de pièces dans le même esprit. Sa série, en cours de réalisation, vise à souligner les humiliations et les violences que les gens endurent au quotidien au Congo et autres et invite chacun à ouvrir les yeux sur les injustices subies à travers le monde, n’en déplaise à ceux qui refusent d’affronter certaines vérités émanant de cette collection pour le moins dérangeante.  « Les gens, des fois quand ils viennent, ils regardent pas. Ils passent vite. Ah, ça les touchent. Ils veulent voir des choses qui plaisent. Moi je ne veux pas ça. Moi je fais un travail qui parle ». 

DSC04677
Freddy Tsimba                        Femme Ciseaux n°33 – 2017

En attendant, il espère que ses pièces seront exposées chez lui à Kinshasa et partout dans le monde avant de finir au mur de Berlin, lieu symbolique et idéal « pour montrer que l’homme doit se relever de toutes ces injustices ».